CEAAC

Projet d’excursion CEAAC/ ESGAA
Biennale du Verre, Strasbourg 2013.

Dans le cadre de la Biennale du Verre 2013, le Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines de Strasbourg et European Studio Glass Art Association, fondatrice de cet événement ont souhaité s’associer afin de proposer aux amateurs de créations verrières contemporaines une journée d’excursion au cœur de l’Alsace du Nord afin de découvrir les aspects techniques de la fabrication du verre et de son utilisation comme matériau de création aux caractéristiques uniques.

Au départ de Strasbourg, cette excursion proposera de découvrir aux participants la manière dont des artistes actuels ont intégré le verre dans leur créations destinées à l’espace public dans les communes d’Ernolsheim-lès-Saverne et de Niederbronn-lès-Bains. Dans un deuxième temps, cette sortie permettra d’apprécier les gestes spécifiques des maîtres verriers du Centre International d’Art Verrier de Meisenthal.

Cette excursion se déroulera sur une journée et sera au départ de Strasbourg, point de rendez-vous au Parc des Expositions du Wacken. Cette prestation pourrait être proposée au prix de 20 € par personne et comprendra le transport en bus des participants, l’entrée au CIAV, le déjeuner dans une auberge de Niederbronn-les-Bains et la mise à disposition d’un guide conférencier détaché par le CEAAC.


Description du parcours.


Départ : 9h30 - Parc des Expositions du Wacken, Strasbourg.
Arrivée 1ere étape :  10h20 - Ernolsheim-lès-Saverne

Découverte de l’œuvre de François Bruetschy, L’Ange.


Franois-Bruetschy--LAnge-2010-Ernolsheim-2-copie

Le CEAAC a été sollicité par la Mairie d’Ernolsheim-lès-Saverne pour cette installation au vue de sa précédente commande artistique dans la Chapelle de Champenay : trois vitraux réalisés par Lothar Quinte et Sybille Wagner. La réalisation de François Bruetschy a quelque chose du tableau : peintre de formation, l’artiste a cherché à épurer au maximum son projet initial afin de ne garder que les lignes structurantes essentielles.
« Dans son ensemble, le projet se présente en trois surfaces grises correspondant aux trois ouvertures. Ces gris sont travaillés à la façon d’une peinture par des touches de différentes intensités, afin de produire une vibration sensible. Cette vibration doit entrer en résonance avec la lumière et les ombres de l’environnement extérieur. »
Issu d’une progressive épuration vers l’essentiel de nombreuses esquisses antérieures, ce projet l’a amené à une sorte de « déconstruction » réfléchie de sa peinture, dans la situation doublement inédite d’une discontinuité matériellement contrainte du champ de son déploiement et d’un étirement disproportionné en hauteur de chacun de ses fragments. Mais l’on verra qu’il a su réélaborer, par des moyens picturaux, ces données de l’environnement extérieur et intérieur de telle sorte qu’elles stimulent au lieu de la desservir la production des significations spirituelles envisagées. Les tracés linéaires en viennent ainsi à y jouer par leur ample extension un rôle structurant à plus haut degré qu’ils ne semblaient le faire dans ses tableaux et, loin de se restreindre à cette fonction, ils s’enrichissent des multiples allusions symboliques que l’on est invité à y discerner. Enfin, alors que des surfaces géométriques articulaient à leur rythme la surface de ses toiles, un unique carré rouge apparaît dans la baie centrale à la fois comme un événement ostensiblement porteur de la plénitude
symbolique de sa couleur et d’une présence aussi familière que celle du quadrilobe, coloré de la même teinte, à la partie supérieure…

ceaac4

Départ : 11h00 - Ernolsheim-lès-Saverne.
Arrivée 2e étape :  11h50 – Niederbronn-lès-Bains

Découverte de l’œuvre de Patrick Meyer, Sequoia Mirabilis.

ceaacPatrick Meyer, Sequoia Mirabilis, séquoia, bois, cuivre, dispositif optique conçu par l’École Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg, hauteur 15 m.
L’installation « Sequoia Mirabilis » s’appuie sur un immense arbre emblématique de la forêt de Niederbronn que les habitants et la Mairie de la Commune ont souhaité conserver malgré la mort : Patrick Meyer imagine alors un projet qui le fasse « vivre » à nouveau, faisant circuler eau et lumière à travers ce tronc, comme pour une seconde vie végétale…
« L’attachement des habitants à la présence – et à l’image dans le paysage – de ce séquoia géant, planté durant la seconde moitié du XIXe siècle et mort récemment (probablement à la suite d’une modification dans le cours des eaux souterraines) a suscité le désir de la conserver sur pied en lui donnant une autre vie sous la forme d’une œuvre d’art »L’arbre a été conservé débout, mais élagué et raccourci de 15 mètres. Un conduit circulaire en cuivre a été installé au sommet : il collecte l’eau de pluie, qui s’écoule ensuite le long d’une saignée dans le tronc, puis dans une gouttière. L’eau est ainsi amenée à la base de l’arbre dans une rigole circulaire. De l’autre côté du tronc, ce n’est plus l’élément « eau » qui régit la verticalité, mais la lumière : une autre rigole monte le long de l’arbre, en haut l’arbre est sectionné et un miroir y est installé, orienté à 45°. Il s’agit d’un système de périscope, grâce auquel le visiteur peut voir depuis l’intérieur du tronc le panorama entourant l’arbre, un peu comme s’il se trouvait au sommet du séquoia emblématique.
« Le propos de cette œuvre est donc bien de conserver tout ce qu’il est possible de cet arbre mort élevé au statut de «sculpture naturelle», mais en lui donnant deux fonctions tournées vers la présence et le regard humains: par son appareillage hydraulique, l’arbre devient une sorte de fontaine avec une vasque dans son socle, tandis que le système optique le transforme en un périscope, l’obscurité permise par la guérite accroissant la qualité visuelle et la dimension poétique de l’image. »
Paul Guérin

ceaac2

Pause déjeuner : 13h00 - Niederbronn-lès-Bains
Départ :  14h00 – Niederbronn-lès-Bains
Arrivée 3e étape : 14h45 - Meisenthal

Découverte du Centre International d’Art Verrier.


ceaac3

La verrerie de Meisenthal, née en 1704, est un emblématique site industriel lorrain, qui a vu naître l’Art Nouveau verrier avec les productions orchestrées par Émile Gallé de 1867 à 1894.
En 1969, après plus de 260 années de fonctionnement, la verrerie ferme ses portes.
En 1992, pour valoriser les filières du verre traditionnel en perte de vitesse, la commune de Meisenthal et le parc des Vosges du Nord, puis la Communauté des Communes des Pays du Pays du Verre et du Cristal décident avec différents partenaires institutionnels, de créer un centre verrier de recherche et de création.

Le Centre International d’Art Verrier venait de voir le jour. Ilest installé dans l’ancienne taillerie de la verrerie de Meisenthal et est animé actuellement par 15 salariés. Outre ses missions de valorisation de la filière verre (démonstrations, accueil de public), il mène desrecherches sur le patrimoine technique et historique qu’il confronte au regard de créateurs contemporains. De ce travail naissent de premières collections d’objets édités par le CIAV et vendues à Meisenthal.

L’objectif du CIAV est de trouver de nouvelles applications aux méthodologies traditionnelles de travail du verre et de susciter des concepts innovants pouvant faire l’objet de potentielles applications industrielles. Le créateur se nourrit de la richesse de savoir-faire singuliers, et inversement. Le challenge du CIAV est d’arranger des rencontres entre mémoire et rêve de modernité pour sortir le verre traditionnel de l’image de nostalgie réductrice à laquelle il est trop souvent réduit.

ceaac8

Visite du musée et démonstration des verriers

ceaac7Tous les jours sauf le mardi 21 mai 2013 Visites de groupes (min. 10 pers.)
Tarif plein 6€ / tarif réduit 3€
De Pâques au 31 octobre et de mi-novembre au 29 décembre.

Restez informés

Qr Code